Mon matériel pour un petit trek, en bivouac

Partir en trek demande au début, un certain budget pour acquérir le matériel nécessaire. En effet, le trek est synonyme de liberté, et permet de voyager sans dépenser d’argent, mais l’investissement du départ peut être un frein. Il faut pouvoir trouver le compromis entre budget et légèreté. Cela dit, ce n’est pas injouable ! Dans cet article, je vais vous parler de mon matériel, que j’ai pu testé sur ces deux dernières années. Je ne suis pas « experte », mais je vous parle en toute franchise en vous conseillant avec ma propre expérience.

Sommaire

La tente

Sur le marché, il existe tellement de sortes différentes de tentes : les autoportantes, les tunnels, les tarps. Bref, il est souvent difficile de faire un choix entre tous ces modèles, et entre toutes ces marques. 

 

Par expérience, j’ai testé plusieurs tentes autoportantes, et ce sont celles que je préfère. Elles ont de gros avantages : elles sont légères, elles se montent sans devoir mettre à tout prix les sardines pour les fixer, c’est à dire que vous pouvez monter la tente et vous balader avec entre vos mains, elle tiendra ! C’est parfait pour un bivouac où il n’y a pas forcément d’herbe, et qu’il y a un sol très dur. 

 

Un autre avantage, c’est qu’il y a beaucoup plus de place, et qu’on peut s’asseoir sans problème à l’intérieur, sans avoir la tête recroquevillée.  En temps de pluie, c’est génial car c’est vraiment comme une chambre, où on peut facilement être à l’aise. Pour les modèles, j’ai testé 3 tentes :

 

La MT900 de chez Forclaz, qui pèse 1,9 kilos, et coute 240 euros. C’est clairement un prix imbattable, et j’aime beaucoup cette tente pour son espace, ses alcôves sur le côté pour protéger les sacs à dos, etc. 

 

La Hubba Hubba Nx de chez Msr, qui pèse 1,7 kilos mais coute + cher. Cela dit, elle est géniale, hyper pratique et se monte très facilement, et elle est résistante au vent. J’ai déjà essuyé de belles rafales avec, et rien a bougé.

 

La Telos TR2 de chez Sea to Summit que j’ai testé récemment,  un peu plus légère avec ses 1,6  kilos, et qui coute 550 euros. C’est une 3 saison, et ce que j’aime bien, c’est qu’elle prend moins de place en volume pour la ranger, les pièces se dissocient donc c’est super pour partir à deux, et se partager les bouts de la tente. 

Le sac de couchage

La aussi, ce n’est pas évident de trouver le bon sac de couchage lorsqu’on n’y connait pas grand chose. Il faut prendre en compte la saison où vous comptez partir, l’altitude, le lieu etc. En général, un duvet 0 degrés, voir -5 confort  c’est très bien pour partir l’été. Mais plus il fait froid, plus il faudra prendre une température de confort élevé, et plus le sac de couchage sera lourd et cher aussi. 

 

Pour ma part, j’ai toujours eu des sacs de couchage en plume, car ils ont l’avantage d’être plus léger et compact !

 

Depuis deux ans j’ai mon duvet Simond qui est un -5 confort et qui pèse 1160 grammes. Il est super compact, et niveau prix ça reste très correct (230euros). Il m’a suivit dans de nombreuses aventures ! Et je le recommande à 100% pour ceux qui voudraient se lancer, avec un budget serré . 

 

Après,  j’ai aussi le duvet MT900 de chez Forclaz, qui pèse 980 grammes, et c’est un 0 confort. Il est super pour des treks plutôt bas en altitude (style la Lozère, le puy de dôme), et pareil il est très compact et le rapport qualité/prix est dingue. 

 

Dernièrement, j’ai testé un duvet génial qui ne pèse que 665 grammes, ultra compact et c’est un -4 confort ! C’est le Flame Fm3 de chez Sea to Summit. Je suis plus que ravie de ce nouvel achat, et j’économise donc presque 500 grammes sur mon ancien duvet, ce qui est énorme. Ce produit est parfait pour monter en gamme, en recherchant confort/légèreté ! 

Le matelas

Il y a plusieurs critères à prendre en compte avant d’acheter un matelas : 

 

La air value, qui est le paramètre qui indique l’isolation du matelas. C’est à dire, plus la air value est élevée, plus le matelas isole du froid. Exemple : <2 (été), entre 2 et 4 (3 saisons), entre 4 et 6 (toute saison), et >6 (froids extrêmes).

 

Le confort, il existe plusieurs types de matelas, les mousses qui sont les moins chers, mais ils sont + lourds et moins conforts, il y a aussi les matelas gonflables qui ont vraiment l’avantage du confort, ils sont épais, et en général plutôt légers et compacts, mais ils se percent plus facilement ! Puis, l’intermédiaire entre les deux précédents, le matelas autogonflant, qui lui a l’avantage d’être pratique et ne nécessite pas de gonflage ! Il est un peu plus résistant que le précédent, mais plus lourd et moins confort.

 

Le poids, chaque catégorie de matelas est différent au niveau du poids, et il faut pouvoir trouver le compromis entre confort et poids. C’est pour cela, que j’utilise depuis 2 ans que des matelas gonflables, qui restent légers et conforts. Qui dit poids léger, dit budget élevé, mais il y’a vraiment moyen de trouver des concessions entre les deux.

 

J’ai commencé pendant plus d’un an, avec le matelas Mt900 de chez Forclaz. Il est léger (500g), super confort, et pas cher du tout. C’est le bon compromis pour débuter, mais par contre il s’utilise vraiment que pour l’été, car sa air value est de 1,5. 

 

J’ai aussi pour mes expéditions hivernales le matelas NeoAir Xtherm qui a une air value de 6,9 et qui pèse seulement 470g. Il coute 230 euros, mais c’est un bon investissement, et l’avantage c’est qu’il peut devenir votre matelas pour toutes les saisons ! 

 

Et récemment, j’ai testé le matelas Ether Light XT Insulated de chez Sea to Summit, qui pour moi est le meilleur compromis : 470G, 3,5 de air value, 10cms d’épaisseur, et il est à moins de 200 euros ! Je suis super contente de ce nouveau matelas, car il répond à tous mes besoins. 

Le réchaud

Comme les tentes, ou matelas, il existe plusieurs sortes de réchauds : à gaz, les multi-combustibles, à alcool… Les besoins sont différents si vous partez sur une simple randonnée à la journée dans le Sancy, ou si vous partez plusieurs jours sur la traversée des Pyrénées, ou encore si vous partez faire la traversée du Vercors en plein hiver. 

 

Il faut donc privilégier le plus léger et pratique pour un trek, et pour ma part, j’ai toujours utilisé des réchauds à gaz. Ils sont super légers, simple d’utilisation, et puissants. Cela dit, ce sont des réchauds qui ne sont pas adaptés pour partir en expédition sous -15 degrés. Mais pour débuter et partir l’été, je valide à 100%. (J’en ai deux)

 

J’ai le réchaud MT900 de chez Forclaz, qui pèse 80g, qui est équipé d’un piézo ce qui est très pratique pour l’allumer sans briquet, et il ne coute que 35 euros. Pour débuter c’est un très bon compromis, car il répond vraiment aux attentes du trekkeur qui part en autonomie. 

 

Et j’ai aussi le réchaud Cruz de chez Optimus, qui pèse 83g, et son temps d’ébullition pour 1l d’eau est de 3 min. Il est donc super puissant, et léger. Il n’est pas très cher non plus, moins de 50 euros. 

 

Il en existes plein d’autres, avec tous leurs avantages/inconvénients, mais je vous en parlerai dans un prochain article 🙂 

Le drap de sac

Le drap de sac est selon moi un indispensable à avoir dans son sac à dos, en partant en trek. C’est un drap que l’on vient enfiler dans son duvet, pour apporter du confort, un poil plus de chaleur, et surtout pour une question d’hygiène car on est sur de ne pas salir notre sac de couchage. 

 

Il en existe plusieurs types, avec des matières différentes (soie, coton, synthétique, polaire), mais le meilleur compromis pour moi est la soie, ou voir un mélange de coton/soie. 

 

Certes, en soie c’est un budget, ils sont plutôt chers, mais ça apporte beaucoup plus de confort. 

 

Pour les petits budgets, à 45 euros vous avez celui de chez Forclaz, le MT500, qui pèse 110 grammes. 

 

Après, pour les sacs à viande, j’aime beaucoup ceux de la marque Sea to Summit,  le modèle Traveller en soie ou le Standard en coton/soie, qui sont certes un poil plus lourds (150g), et plus chers, mais beaucoup plus conforts. 

L'oreiller

L’oreiller en trek n’est pas vraiment indispensable, mais ça rajoute un peu de confort, et personnellement, en bivouac je préfère avoir un oreiller pour être sure de passer une nuit plus agréable. Certes, ça rajoute un peu de poids, mais ça évite de dormir sur son sac ! 

 

J’ai toujours eu un oreiller simple, le MT500 de chez Forclaz, qui pèse 170g, mais ne coute que 16 euros ! Il est trop confortable. 

 

Puis, j’ai récemment acheté un autre petit oreiller bien plus léger, et qui a l’avantage de ne pas glisser sur le matelas, c’est le Aero premium de chez Sea to Summit, et il ne fait que 79 grammes ! 

Autres pièces

Et pour finir sur les pièces principales de matériel à emmener avec vous, il vous faudra rajouter :

 

-Lampe frontale

-Couverture de survie

-Popote avec couverts

-Bouteille de gaz

-Filtre à eau (éventuellement)

Partagez l'article :

A découvrir aussi

Les 6 coins à voir à Gran Canaria

Mes 10 coups de coeur en Ardèche

La réglementation du bivouac et où poser sa tente ?

3 jours à travers l’Aubrac et ses 3 départements